Plongée dans le regard du graffiti monumental et de la culture Hip-hop avec le réalisateur Jérôme Thomas

Dès lors que tu t’intéresses aux cultures urbaines et graphiques tu ne peux pas passer à côté de Jérôme Thomas et de son film documentaire « Sky’s the limit, les peintres de l’extrême » sur le renouveau du muralisme mondial.

Jérôme, se qualifie humblement et avant tout comme un passionné de Hip Hop issu de la culture graffiti. Acteur, spectateur et témoin de ce mouvement en perpétuel mutation depuis une 20aine d’années , il est l’un des membres fondateurs du crew parisien de graffiti STS. A cette époque il fricote avec le tag et baigne tout naturellement dans le milieu du graffiti et du beatmaking.

© Maquis art
Photo by Snek 1999

Très rapidement le rap prendra le dessus et avec ses « mates » des STS, principalement Katre et Again, il sera partie prenante dans la création du collectif de rap STEUS et montera le studio Folimer et le label Folistar.

Depuis les années 2000 il se spécialise dans la réalisation de montages vidéos, mais à vrai dire, il filme et archive depuis les débuts du crew.

Je pars sur les sentiers de l’inconnu dans une conversation téléphonique en totale impro.

La peur m’assaille – ok, j’suis entrain d’écouter Shurik’n d’IAM, ça déteins sur les mots – je décroche ma conférence téléphonique sans donner cher de ma peau.

19h : Ok, je tape le numéro sur les touches de mon téléphone portable. – Nannnn, les filles je ne vous file pas son number.

19h01 : P’tain, il décroche bien ! Je me sens conne et dans ma grande naïveté je balance « c’est cool, que tu sois présent au rendez-vous ! »
« Pourquoi » me dit-il  « je n’ai jamais planté personne ! ».

J’entame la discussion sur la mise en œuvre de son projet de film docu au label indépendant : « Sky’s the limit » ; au financement totalement participatif qui aura pris 1 an et demi de montage (mis bout à bout) avec 3 tournages et 2 ans de tournées.

Visuel du projet SKY'S THE LIMIT, LE LIVRE
https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/sky-s-the-limit-le-livre

« L’énorme pied de nez au système » me dit-il « serait d’être sur Netflix » en obtenant des financements internationaux.

En septembre, le film sera dispo en téléchargement sur iTunes et le dvd en vente sur Amazon.

KissKiss aura permis jusqu’au mois de juillet de précommander le livre du film avec des photos et des interviews inédites ainsi que le film en dvd mais le step à venir serait de mettre en place une vraie stratégie promotionnelle tout en poursuivant les actions de financement de frais de duplication du dvd et d’amortir les frais d’envois, alors les précommandes continuent sur le site officiel par ici. 😉 http://skyisthelimit.fr/

Ce film, j’ai eu la chance de le découvrir et de le visionner sur grand écran avec la présence de Jérôme Thomas lors d’une projection gratuite au Festival chartrain du Boulevard du Graff 2018.

Là, tu en as juste plein les yeux, tu rentres en immersion sur la créa de ces fresques murales au format XXL où la seule limite est celle imposée par la hauteur vertigineuse du mur : « hors d’atteinte, hors des toys et hors du temps ».

MARKO
©Sky’s the limit – Murale Marko
MARKO93
©Sky’s the limit – Murale Marko

Le style du documentaire est direct. Jérôme explique  » Je filme en extérieur sans filet, sans mise en scène, à contrario de ce qui est diffusé en télévision ou tout est écrit, scripté, calculé. J’opère sur le vif, je prend des risques, je filme de nombreuses heures pour attraper l’instant qui marque. De nombreux timelapses illustrent le film pour rendre compte du temps nécessaire à l’ouvrage. L’aspect esthétique m’obsède autant que le fond de mon sujet. Entre performances et interviews, je cherche l’équilibre entre visuel et propos. Étant proche des artistes, je ressens une forte responsabilité de rendre compte au mieux de leur travail passion, sans détour ni raccourci. »

inti
©Sky’s the limit – Murale Inti
jace
©Sky’s the limit – Murale Jace
Pantónio
©Sky’s the limit – Murale Pantonio

Si ce film est né d’une belle opportunité présentée par son pote de toujours Katre lors de sa performance de collage-Graffiti sur le projet de la Tour 13,

il en devient sans aucun doute le symbole du reflet d’un mouvement actuel post-graffiti, un témoin social  :

depuis les années 2010 tu peux voir « une nouvelle génération d’artistes français et internationaux issus du graffiti comme C215, Katre, Kouka, Stew, Pantonio, Bonom, qui prennent d’assaut ces espaces monumentaux. Ils peignent pour la plupart depuis une vingtaine d’années sur des murs horizontaux, ils se lancent à l’assaut de ses nouvelles parois verticales ; notamment de la Tour 13, un hlm transformé en lieux d’exposition éphémère dont les façades sont la vitrine de ses expositions intérieures. Pour promouvoir ce lieu unique, Mehdi Ben Cheikh, responsable de la galerie Itinerrance peint une coulure géante le long de l’immeuble en orange fluo quelque mois avant l’ouverture au public puis, avant sa destruction Katre peint sur une des face du bloc de l’immeuble un collage monumental en trompe-l’œil, eL Seed peint de la calligraphie arabe, pendant que Stew peint un samouraï d’une hauteur de 7 étages. »

Je ne m’attarde pas volontairement sur la genèse du projet, de l’expérience du réalisateur, des artistes, que d’autres sites ont très bien documenté depuis la naissance du projet.

Ce qui m’intéresse et me fascine chez Jérôme Thomas c’est cette envie et cette passion immuable qu’il porte pour parler du graffiti autrement et de la culture Hip-hop.
Derrière le réalisateur c’est son « blaze » qui m’intéresse mais comment l’emmener à me parler des STS ?

La glace est difficile à percer, je n’ose pas vraiment et puis je l’interpelle « bon et puis après qu’elles sont tes autres projets à venir sur la culture urbaine ? »

Ce sera un court documentaire très intimiste et beaucoup plus poétique retraçant l’histoire du crew -« yes on y vient enfin »- les images que j’ai filmé et archivé depuis l’époque de STEUS balayent notre vie et nos évolutions respectives en partant de cette bulle communautaire qu’est le crew jusqu’au marché de l’art.

STEUS 2
©Jérôme Thomas

Scoop : la ville de Chartres sera notre 1er diffuseur et l’avant-première sera projetée au Festival de live-painting, street-art et graffiti du Boulevard du Graff en mars 2019.

20h : je n’en saurais pas plus. Je ne pousse pas « Jamer » dans ses retranchements. Les images parleront d’elles-mêmes.

Groupe Facebook

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s